Joseph Paris

Un autre pli du repli

À Paris, de juillet à novembre 2016, en l’absence du mouvement social et dans l’indifférence des médias, la violence institutionnelle contre les exilé.e.s est au plus haut ; les rafles policières sont quasi-quotidiennes, la Préfecture et la Mairie de Paris mènent ce qu’ils appellent des «évacuations sanitaires», avec matraques, gaz lacrymogènes, masques anti-bactéries, et lances à eau. La police rafle les exilé.e.s en leur promettant un hébergement s’ils/elles se laissent faire, mais le soir on voit revenir à la rue plus de 90% d’entre eux/elles, systématiquement dépouillé.e.s de leurs bagages, et parfois de leurs papiers administratifs également.

Documenter les campements et les rafles
Festival ELEVATE 2016
montage_3.jpg montage_4.jpg montage_5.jpg

Un film de Joseph Paris | 2016